Concours de nouvelles 2017 : « 21 »

« 21 », un seul nombre pour résumer un anniversaire qui compte particulièrement dans une vie qui n’en comptera probablement que peu. Voilà une nouvelle poignante qui a su émouvoir le jury de l’édition 2017 de notre concours de nouvelles.

Ma colloc et meilleure amie s’appelle Léa. C’est une des personnes les plus extraordinaires vivant sur cette planète. Aujourd’hui, c’est son vingt-et-unième anniversaire. Assise sur son lit et perdue dans ses pensées, je viens de l’entendre marmonner “Moi, je suis contre la démocratie…”. Plutôt original pour commencer une journée comme celle-ci.

“JOYEUX ANNIVERSAIRE !” lui hurlais-je, en entrant et sautant partout.

Elle me remercie vaguement. C’est donc un mauvais jour. Un de ceux qui donnent envie de rester au chaud sous sa couette, avec des peluches et du chocolat, tout en regardant une bonne série. Un de ces jours où même le plus beau des soleils ne pourrait éclipser les nuages de nos cœurs. Léa connaît ça, peut-être plus souvent que la moyenne des gens dits “ordinaires”. Souvent, j’y pense.

Faisons un petit jeu. Connaissez-vous la mucoviscidose ? C’est une maladie génétique rare qui rend le mucus visqueux, comme son nom l’indique. Connaissez-vous le nombre de personnes atteintes de cette maladie en France ? 6585 recensées en 2015, soit environ 90% des patients. Connaissez-vous l’âge moyen des personnes atteintes de mucoviscidose ? Non, finalement cette question n’est pas importante. Je doute énormément en ce moment, mais il y a une chose dont je suis certaine ; la probabilité que cette putain de mucoviscidose tombe sur Léa était faible.

Sur son lit, il y a Casting. C’est le léopard en peluche que je lui ai offert la semaine dernière, en tant que cadeau d’anniversaire en avance. Sur un coup de tête, nous sommes allées passer un casting de figuration pour le prochain film de Sandrine Kiberlain. Cette journée passée toutes les deux à idéaliser nos futures carrières dans le cinéma et à faire les magasins nous a remplies de souvenirs.

Enfin, une carrière dans le cinéma… Comment imaginer un avenir, lorsque tu ne sais pas de quoi demain sera fait ? Grégory Lemarchal est mort à vingt-trois ans, en 2007, des suites de sa mucoviscidose. J’étais jeune, mais je me rappelle avoir pensé que ce n’était pas grave, que de toute façon je ne l’aimais pas dans la Star Ac’. Outre mon raisonnement complètement enfantin et puéril, impossible de penser la même chose aujourd’hui. Vingt-trois ans, c’est seulement trente-six mois de plus que moi. Ce n’est pas la moitié de cinquante ans. Ce. N’est. Pas. Suffisant.

Ce midi, comme chaque jeudi midi, nous retrouverons notre groupe d’amis au restaurant universitaire. Adrien sera là. Depuis plus d’un an, je n’arrive pas à le faire sortir de ma tête. Pourtant, il semble complètement désintéressé de moi… Mais mes problèmes sont futiles. Comment puis-je me plaindre de ce que j’ai ? Je suis en bonne santé, j’ai des amis géniaux et ma famille se prive financièrement pour que je puisse réussir mes études.

Il suffit pourtant d’une goutte d’eau pour que tout déborde en moi. Que ce soit le manque cruel de réponses d’Adrien à mes messages ou un SMS de Léa sortant de l’hôpital qui me dit que son état est pire que ce qu’elle pensait. C’était le cas la semaine dernière. Elle y retourne demain et j’ai un peu peur, comme toujours. Je ne peux m’empêcher de penser au pire. Elle me dit de ne pas m’inquiéter, que ça va s’arranger. J’aimerais la croire, mais il n’existe aucun traitement définitif à sa maladie. Tu nais avec, tu meurs avec. La vie est parfois une emmerdeuse. Le problème est que tu dois faire avec. Impossible de lui rendre les claques qu’elle te met.

Dans quelques minutes, nous allons retrouver nos amis, dans quelques minutes je devrai faire comme si de rien n’était. Nous allons fêter l’anniversaire de Léa, Adrien sera probablement assis en face de moi. Ne surtout pas penser qu’un anniversaire de plus est aussi une année de plus. Ne surtout pas penser qu’une année de plus, c’est beaucoup dans certaines vies. Ne surtout pas penser que certaines vies sont plus courtes que d’autres.

“Allez debout, il est déjà midi et cette journée doit être magnifique !”

Hors de question de passer une journée d’anniversaire à se morfondre.

Angèle Brodin

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *